Le 03 avr. 15h

L’art wallon s’exporte-t-il ? Si l’on se penche sur les œuvres détenues par le Metropilatan Museum de New York et 23 autres musées américains, on répertorie quelque 180 œuvres majeures. Si les Primitifs flamands (Jan Van Eyck, H. Van der Goes, H. Memling, R. Van der Weyden...) avec leur génie et l’introduction de la peinture à l’huile bénéficient d’une notoriété mondiale, l’art wallon a lui aussi produit des chefs d’œuvre qui participent à l’identité wallonne même si ses productions ont été moins médiatisées. Maître de conférences, Philippe Georges a publié un ouvrage qui fait autorité en matière d’art wallon "Art et patrimoine en Wallonie : des origines à la révolution française", un travail de bénédictin étalé sur 12 années suite à un voyage aux Etats-Unis et à la découverte d’œuvres wallonnes détenus dans les musées d’Outre-Atlantique. Le triptyque de Stavelot créé par des artistes mosans au milieu du XIIème siècle est un reliquaire médiéval et un autel portatif, en or et en émail, destiné à protéger des morceaux de la Vraie Croix : ce chef d’œuvre exceptionnel fait le bonheur du Pierpont Morgan library. Le tableau "David et Bethsabée", un thème repris par Chagall a été peint vers 1530 par Henri Blès et il a rejoint Boston. L’œuvre de cet artiste a constitué un maillon important entre les maniéristes anversois, Brueghel l'Ancien et les paysagistes de la fin du XVIe siècle. L’assistance manifestera sa sagacité en localisant la chouette, dissimulée dans ses tableaux car c’était sa signature d’artiste… . La découverte de tapisseries, autres psautier, antiphonaire et sacramentaire comme la reliure mosane illustreront également la créativité de nos artistes.

Informations pratiques

Entrée: 5€ pour les non-membres. Une conférence de Philippe GEORGES. Conférence organisée par l'UTA (université tous âges) de Saint-Hubert.