A un jet de bière du berceau d'une célèbre boisson symbolisée par des nains se trouve un autre petit paradis pour amateurs de breuvages houblonnés : la Vieille Forge à Mont. Ce gîte géré par un couple de Néerlandophones abrite dans ses dépendances « la deuxième plus grande brasserie de la vallée d'Achouffe », la micro-brasserie « Inter-Pol », et un estaminet connu des vrais amateurs de bonnes bières, le « Grand Café ».
Depuis novembre 2010, « Au Grand Café » est ouvert le vendredi et le samedi à partir de 17 h. Les groupes (minimum 10 personnes) peuvent aussi visiter en semaine après avoir convenu d'un rendez-vous.

Gîte et gens uniques
En quoi ce mini paradis pour amateurs de bière est-il unique ? Parce que Tine et Pol ont transformé l'imposante bâtisse en un gîte avec cinq chambres capable d'accueillir une bonne dizaine de personnes, avec une table géante où se consomment de succulents repas, souvent à base de bière, un poêle à bois où se consument les bûches. Parce que Pol a eu l'idée lumineuse de partager en deux la vieille forge toute proche, pour d⤙un côté brasser ses bières, les Witte Pol et Zwarte Pol, et de l'autre installer un petit estaminet qu'avec beaucoup d'humour, et une pointe de surréalisme à la belge, il a baptisé « Au Grand Café » ! Le décor n'est pas en reste, tant dans le chaleureux café que ses abords peaufinés et entretenus avec talent par les mains vertes de Tine et Pol.

Forgeron, enclume et fourquet
C'est au terme de dix-huit années passées à restaurer et abreuver la clientèle de leur café-restaurant à Dadizele, à côté de Menin, que le couple décide de mettre le cap sur les Ardennes. Vieille de trois siècles, la maison du forgeron de Mont était à vendre. L'affaire fut bien vite conclue. Quelques mois de transformations et de dur labeur plus tard, Tine et Pol ouvrent un « bed & breakfast » sous l'enseigne « La Vieille Forge » et avec une enclume comme emblème. L'heure n'est pas encore à empoigner le fourquet, cette pelle percée en son milieu de deux grands yeux longitudinaux et utilisée par les artisans brasseurs pour, durant l'empâtage, mélanger la farine et l'eau.

Guide et brasseur
La bière pourtant, Pol est quasi tombé dedans quand il était petit. Près de deux décennies passées derrière un comptoir, cela compte. Et plus encore quand la carte des boissons comporte plus de 140 variétés de bières. Alors quand la Brasserie d'Achouffe recherche un guide maîtrisant aussi bien la langue de Vondel que les secrets des boissons houblonnées, Pol est l'homme de la situation. Fin connaisseur, le guide n'en est pas moins assailli de questions, souvent pertinentes, parfois très pointues sur le brassage. Et voilà notre homme que rien ne rebute qui plonge dans la production de bière. Au début, tout comme les deux fondateurs du fond de la vallée, il élucidera les mystères du brassage dans les casseroles de la cuisine de Madame. Pris par cette passion mousseuse et débordante, il consacre l'autre moitié de l⤙ancienne forge à une salle lui offrant de produire quelque⤦ 70 litres ! Il soumet sa production aux critiques des brasseurs d'Achouffe et d'ailleurs, écoute attentivement les remarques des goûteurs et consommateurs. Puis vient le temps d'officialiser ses activités et le passage obligé par un accord avec les accises légalement contraintes dans un premier temps d'appliquer à la micro-brasserie les mêmes règles que celles imparties aux plus grands brasseurs mondiaux !

Witte et Zwarte Pol
Loin de Pol l'envie de grandir et suivre la voie de ses voisins brasseurs. Sa modeste production suffit à alimenter sa table d'hôte et son « Grand Café », lesquels peuvent se prévaloir de proposer deux bières exclusives et originales. Destinée comme son nom le veut aux amateurs de bière blanche, la Witte Pol a été déclarée par Pierre Celis, une référence mondiale parmi les connaisseurs, comme « la meilleure blanche qu'il ait goûtée ces dernières années ». Inspirée de la « Chocolate Indulgence » de la brasserie Ommegang à Cooperstown (Etat de New-York), la Zwarte Pol n'est pas sans rappeler le stout avec son côté crémeux et une douceur en rien étrangère au lactose et à la poudre de cacao qui la composent. L'endroit idéal pour les déguster, c'est certes « Au Grand Café ». Et si les deux produits de la maison venaient à manquer, il reste la gamme des bières d⤙Achouffe, Liefmans, Duvel-Moortgat ou encore la Smisje de Johan Brandt, un ami brasseur situé dans les Ardennes Flamandes, près de Oudenaarde. A l⤙évidence, les bonnes bières ne connaissent pas de frontières, linguistiques à tout le moins⤦

Texte : Pascal Willems (article paru dans Luxembourg Tourisme printemps 2011)

Accueil fr