Eric Beaucamp anime le restaurant de L'Escalier, grand-rue à Virton, depuis six ans. C'est un Lillois d'origine qui s'est trouvé pas mal d'affinités avec la Corse où séjournent aujourd'hui Hugo et Allan, ses deux enfants, authentiques insulaires. On se revoit pendant les vacances. Pour évoquer l'île de beauté, ses atouts, ses charmes, son âme et son sens de l'accueil chaleureux. Exactement ce que développe en termes d'arguments marketing le patron de L'Escalier. Tous les week-ends, c'est la cohue. Le petit restaurant niché au milieu de la rue piétonne du centre ville est apprécié. On s'y fidélise volontiers. Parce que vous le valez bien.
Après être passé par le Cours Florent à Paris, Eric Beaucamp a fait un virage en Corse dont il a tiré le meilleur de son expérience dans le petit monde typé de la restauration, incité encore davantage par son passage à La Robe des champs à Metz où les patrons, qui pratiquent l'art subtil de l'accueil, l'ont beaucoup aidé à se créer une personnalité dans le secteur de l'Horeca.
Pourquoi l'enseigne typée de L'Escalier?
Parce que, lors des travaux de rénovation, j'ai choisi de garder et de préserver le magnifique escalier qui trône au milieu de l'immeuble, confie Eric Beaucamp. Un escalier rouge qui va du bas au haut de la maison, exactement dans sa partie centrale. C'est un élément mobilier qui mérite d'être mis en valeur...
Ce qui l'est tout autant, c'est le décor pittoresque du restaurant, au rez-de-chaussée et à l'étage. Rien que des oeuvres d'art de valeur signées par l'artiste saint-mardoise Blandy Mathieu qui renouvelle régulièrement ses collections murales. Exposition en permanence révélatrice. Cadre intime. Ambiance musicale choisie. Rien que de la bonne musique avec des voix qui composent le meilleur répertoire contemporain. On aime. Comme on déguste les spécialités de la maison, ces fameuses galettes de sarrasin qui se déclinent sur une carte faisant référence aux oeuvres de Blandy Mathieu et aux zébrures caractéristiques, inspiration du patron à la suite d'un cadeau offert par un ami de passage. Cherchez le zèbre qui veille sur vous !
Galettes affichées sur une trentaine de variétés appétissantes comme les salades affinées qui sont proposées de 2,5 à 15,5 €. Le choix est large et varié. Par ailleurs, les crêpes sucrées complètent la dégustation aux couleurs sympa. On y revient avec un bel appétit.

(source : Jean-Pierre Monhonval)

Capacités

Groupe max de pers : 20