A la fin du XIXe siècle, un nouveau projet marque Bouillon, celui de relier par un tram vicinal la gare de Poix Saint Hubert à Sedan et à Pussemange en passant par Maissin, Paliseul, Menuchenet, Bouillon et Corbion. Pour cela, il faut traverser la Semois à Bouillon et percer le tunnel sous le château fort pour suivre ensuite la route de Corbion.
Un seul pont existe, le pont de Liège, mais il est inutilisable à cause de la dénivellation importante en venant de Noirefontaine. Il faut donc se résoudre à créer un nouveau pont auquel on accédera grâce à une courbe au départ de la gare, passant par un tunnel proche de la fontaine St Pierre et de la Roche aux Fées. En aval du barrage du Trou de Vanne, les maisons de pêcheurs seront préservées. De même, la guérite de Pierre l'Ermite conservera son existence à l'embouchure du ruisseau de Chanteraine.

Le pont que l'on va construire débouche sur la Porte de France, en amont de l'ancien moulin. Là débute le Faubourg de France en direction de Sedan et de Florenville. Il était donc normal que le nouveau pont porte le nom de Pont de France.