L'ancien moulin jouxte une habitation et une ancienne tannerie du XVIIIè siècle. Le moulin peut être daté de 1578. Comme de nombreux autres ouvrages hydrauliques, il a suivi, par ses différentes affectations, l'évolution des besoins locaux ainsi que le contexte économique et politique des différentes époques.

Ainsi, son premier propriétaire l'avait vraisemblablement fait construire dans le but de préparer le salpêtre nécessaire à la fabrication de la poudre à canon.
Vers le milieu du XVIIè siècle, il est devenu une scierie.
Au XIXè siècle, il broie les écorces de chêne nécessaires à la fabrication du tan pour alimenter la tannerie voisine. Mais les tanneurs vont disparaître au tournant du XXè siècle, emportés par l'industrialisation de leur métier. Retour de la scierie dans les bâtiments des bords du Ton.
C'est finalement en 1920 que le site de "la scierie" devient propriété de Jean Naisse. La scierie fonctionnera jusqu'en 1968. Les grumes étaient acheminées vers la scierie par un petit Decauville constitué de quelques wagonnets tractés par un treuil, tout comme chez Lepage à Meix-devant-Virton. La roue hydraulique, restaurée en 1988, repose sur un massif de maçonnerie posé dans le lit de la rivière.

Ensemble remarquable, la tannerie, le moulin et son mécanisme sont classés comme monument ainsi que les environs comme site depuis 1990.
Le moulin Naisse est visitable chaque année aux Journées du Patrimoine.
Site internet : www.moulinnaisse.be


Source : Patrimoine et eau en Pays de Gaume