Très joli village de caractère à deux pas d'Erezée. Il faut s'y promener ou y faire halte lors de la promenade de Soy (carte en vente). Y valent le détour la vue sur le village, ses jolies maisons, son château et sa ferme (chambre d'hôtes), son église et son exceptionnel retable, sa glacière, son moulin ainsi que le légendaire rocher du diable.
Le village est limité à l'ouest par un remarquable château-ferme et l'église qui lui fait face.
Etymologie et histoire: Fisenne désignerait une maison près de l'eau car "fis" dériverait du celtique "visg" qui signifie l'eau de de "enne", diminutif de "en, an, ain" qui désigne une habitation.
Cependant, d'aucuns pensent que Fisenne rentrerait dans la famille des noms en -inum, -ina, formes romanes -in, -ine, -enne et flamande -en: cette origine commune à plusieurs noms de lieux évoquerait une colonisation germanique. Dans cette optique, le chef du clan fondateur de Fisenne serait un certain Fiso.
Fisenne a connu de nombreuses variantes orthographiques: Phisinas et Fisines au 11ème siècle, Fiezme, Fiezène ou Fisine au 14ème, Fizin et Fysin au 15ème, Fisinne, Fysinne, Phizenne, Fissayne ou Phizine au 16ème siècle.
La région fut certainement occupée à l'époque celtique, comme en témoigne le trésor retrouvé au Bois des Roches. Ce trésor comprenait des monnaies d'or portant le cheval gaulois, une pièce au nom de Philippe II, roi de Macédoine, et des monnaies d'autres époques. L'abondance de sources sur le coteau de Fisenne, exposé au nord, explique la présence humaine dès la période celtique.
Fisenne eut déjà son château féodal à l'époque médiévale mais on n'en connaît pas la date exacte de construction. C'est de 1089 que date le premier acte faisant état d'un seigneur Arnolphe de Fisenne. Au 12ème siècle, ce château, comme bien d'autres constructions importantes de la région, est une dépendance de l'abbaye de Stavelot dont il constitue une défense avancée.
Au 15ème siècle, le château appartenait à une ancienne famille d'Ardenne, dite Fisen, dont 2 fils furent abbés de l'abbaye de Stavelot-Malmédy. L'un d'eux fut envoyé comme ambassadeur à Rome et Constantinople par les empereurs d'Allemagne Lothaire II et Conrad III. Fait passablement rare, le château resta propriété des de Fisenne jusqu'au 17ème siècle.
En 1808, le château et la ferme furent acquis par le baron Godin d'Arville qui les transmit par héritage et alliance à la propriétaire actuelle, la marquise de Beauvoir. Le château est privé et ne se visite pas.

Patrimoine Architectural:
Le noyau primitif du château est le haut donjon de plan carré, aux murailles épaisses de 1,20m en moellons de calcaire et de grès, qui continue à occuper une position dominante au milieu du complexe. L'angle nord-ouest fut reconstruit sur les 2/3 de sa hauteur tandis que vers l'est et le sud, de grandes baies y furent aménagées dans le courant du 19ème siècle. Le château actuel date de la première moitié du 17ème siècle et fut remanié au 19ème siècle et en 1939. L'ensemble fut probablement agrandi par Jean de Fisenne et son épouse Anne d'Ochain au 17ème siècle (leurs blasons se trouvaient au-dessus de l'entrée principale aujourd'hui démolie). L'enceinte est constituée par les bâtiments de la ferme qui remontent aussi à cette période mais qui ont été remaniés à une époque récente. Cet ensemble est construit dans les mêmes matériaux que le logis principal. Deux vastes granges, garnies d'élégantes échauguettes d'angle (postes de garde) bordent la cour avec symétrie. le donjon, le logis et les échauguettes sont classés.
Voir aussi le château de Fisenne pour plus de précisions.
Source: Guide Touristique vert du Pays d'Ourthe & Aisne