Une villa gallo-romaine se trouvait entre Rossignol et Breuvanne, au lieu-dit "Longhu". Le cimetière de l'époque se trouvant au "Haut des Fagots" et un petit temple romain approximativement au lieu-dit « Les Saucettes », il est probable que la forêt venait jusqu'au nord de cette villa et recouvrait l'actuel village de Rossignol.
Avec le défrichement des époques mérovingiennes et carolingiennes une clairière se forma dans la forêt de Chiny et en 1097, Arnoul II, Comte de Chiny, bâtit à Rossignol un château-forteresse, un moulin et un four. Une agglomération était née.

Le 22 août 1914, les troupes coloniales françaises rencontrèrent les troupes d'infanterie allemande dans une terrible bataille qui laissa sur le terrain plus ou moins 3.000 morts des deux camps. Trois cimetières « l'Orée de la Forêt, du Plateau et du Sud » furent établis pour recevoir tous ces corps. Seuls existent encore «L'Orée de Forêt» et «Le Plateau».
Le 26 août 1914, une centaine d'habitants de Rossignol seront fusillés par les Allemands en gare d'Arlon, leurs corps reposent actuellement dans un caveau au centre du village.
Avant d'être conduites à Arlon, ces 126 personnes ont été parquées dans une prairie pendant 3 jours (sans eau ni nourriture). Auparavant, 2.900 militaires français avaient également été parqués dans cette prairie. Pour nous rappeler ces deux événements, une piéta a été placée devant cette prairie.
(source texte : www.tintigny.be)