Le village de Verdenne a beaucoup souffert de la Bataille des Ardennes. Une des rues porte le nom de Noël 1944 et un monument a été érigé à la mémoire de plusieurs résistants abattus en septembre 1944.
La crête de collines boisées qui s'étire le long de la route Marche-Hotton et située entre le massif ardennais et la plaine de la Famenne représente un promontoire qui, une fois franchi, ouvre l'accès à la Meuse. Conscient du danger que représente la progression des blindés allemands vers la plaine de la Famenne, le commandement allié donne l'ordre à la 84th Infantry, basée dans les environs de Aix-la-Chapelle, de faire mouvement vers Marche-en-Famenne. Dans la soirée du 20 décembre, les premières unités américaines prennent position le long de la crête Hollogne - Verdenne - Marenne - Menil avec pour mission d'empêcher, à tout prix, la progression des blindés allemands. Dans le même temps, un barrage routier est installé à hauteur de Hollogne, sur la route Bastogne - Namur, obligeant la 2. Panzer à modifier son itinéraire. Entre-temps, n'ayant pas réussi à traverser l'Ourthe à Hotton, la 116.Panzer fait demi-tour, repasse par La Roche et progresse vers Marche en passant par le village de Verdenne. Dans l'après-midi du 24 décembre, les allemands occupent le village. La nuit de Noël, les américains contre-attaquent et après des combats acharnés, occupent à leur tour le village qui va être ensuite pris et repris par chacun des belligérants. Le soir du 26 décembre, après des combats extrêmement violents de maison à maison et parfois au corps à corps, Verdenne est définitivement libéré. Seuls, quelques 600 rescapés de la 116.Panzer réussissent à s'échapper de la « Poche de Verdenne ». Dès le 3 janvier 45, les unités de la 84th Infantry relevées par les gallois de 53rdWelsh Division, font mouvement, occupent de nouvelles positions entre Hotton et Manhay et participent à la contre-offensive conformément aux plans établis par les alliés. (Voir aussi route n° 1 pages 12 et 13).
(Source texte : Guy Blockmans / OPT).