La Première Guerre mondiale (14-18)

Le Luxembourg belge et la Bataille des Frontières

En août 1914, la bataille des Frontières est le premier affrontement général de la Grande Guerre. Pour les Belges, l'entrée en guerre est une surprise. En effet, le pays est neutre et l’invasion du territoire par l’armée allemande est une violation.

L’Allemagne, conformément au plan Schlieffen, passe par la Belgique pour prendre à revers l'armée française et s'emparer rapidement de Paris.

Cette violation de la neutralité belge justifie l’entrée en guerre d’autres puissances alliées constituant la Triple Entente : la France, l’Angleterre et la Russie.

A la mobilisation le 31 juillet, la Belgique peut compter sur 200 000 hommes, contre 3 840 000 pour l'Allemagne. La défense du pays repose sur trois places fortifiées: Namur, Liège et enfin, le camp retranché d'Anvers  .

Le 4 août, la Belgique est prise d'assaut par une armée allemande supérieure à tous points de vue (effectif et armement). Les 12 forts liégeois tombent les uns après les autres. Bruxelles tombe quatre jours plus tard. Après la chute des forts de Namur, l’armée belge se retire sur Anvers puis enfin sur l’Yser où le front se stabilise durant 4 ans. En Luxembourg belge, ce sont les Français lancés à l’attaque par Joffre le 22 août qui rencontrent les Allemands. Au terme de trois jours près de 70.000 soldats des deux camps sont mis hors de combat.

La guerre est violente pour les armées qui s’affrontent de Maissin à Baranzy mais aussi pour les civils à Anloy, Longlier, Rossignol, Tintigny, Ethe, Porcheresse, etc. qui connaissent le début de la guerre et son extrême brutalité, les exécutions arbitraires, le pillage et la dévastation des villages, la déportation et l’occupation durant 4 ans.

Musées, cimetières militaires, monuments et plaques commémoratives, circuits balisés sont autant de traces de ces histoires tragiques, sur les chemins de la mémoire.

 

Tourisme de mémoire

... résultats